Notre petite escapade printanière s'est achevée au Château de Vaux-Le-Vicomte, nous avions visité les jardins il y a quelques années en arrière, mais pas l'intérieur. Avant de commencer la visite, un petit rappel d'histoire.

 Nicolas Fouquet Vicomte de Vaux, est né le 27 janvier 1615 à Paris. Le blason des Fouquet représente un écureuil. En patois angevin, un foucquet est en effet un écureuil. Nicolas Fouquet suit à la lettre la devise de sa famille qui était : « Quo non ascendet ? » (« Jusqu’où ne montera-t-il pas ?)

Il s’élève jusqu’à être nommé Surintendant des Finances en 1653 par le Premier Ministre, le Cardinal Mazarin.  A la mort de ce dernier en mars 1661, Fouquet devait logiquement succéder à Mazarin en qualité de Premier Ministre, mais Louis XIV, âgé de 22 ans,hanté par les souvenirs sombres de la Fronde, décide soudain de supprimer cette fonction du gouvernement, et de régner seul.

 

Nicolas_Fouquet

Promoteur des arts au sens le plus noble du terme,il employa son immense fortune au mécénat des artistes et des écrivains ( Molière, Jean de La Fontaine, Pellisson), et fit consturire le Château de Vaux, en faisant appel aux meilleurs artistes : l'architecte Louis Le Vau, premier architecte du roi (1656), le peintre Charles Le Brun fondateur de l'Académie de peinture (1648), le paysagiste André Le Nôtre, contrôleur général des bâtiments du roi (1657).  Le roi fera appel à eux pour construire le Château de Versailles celui de Vaux-le-Vicomte servant alors de modèle.

Hélas, Colbert, calculateur et jaloux de la réussite de Fouquet, en profite pour le discréditer auprès du roi, afin de déclencher sa disgrâce. Malgré les avertissements de ses amis, Fouquet ne soupçonne rien de ce qui se trame dans son dos.

Le 17 août 1661, alors qu’il offre au roi une réception somptueuse mêlant promenade, souper, comédie et feux d’artifice enchanteurs, la chute de Fouquet est imminente. Cette nuit-là, Louis XIV, manipulé par Colbert, a déjà décidé de jeter Fouquet en prison. A ce propos, Voltaire aura ces mots célèbres :

« Le 17 août, à 6 heures du soir, Fouquet était le roi de France ; à 2 heures du matin, il n’était plus rien. »

Fouquet est arrêté à Nantes trois semaines plus tard par le capitaine des mousquetaires, d’Artagnan, et jugé. Fouquet est envoyé à la prison de Pignerol où il meurt le 23 mars 1680.

De la réussite fulgurante de Fouquet, il reste Vaux-le-Vicomte, monumental objet de passion et d’audace dans lequel le surintendant s’était tant investi.

WP_20170411_008

le soleil était au rendez-vous. 

WP_20170411_010

2017_12_5__17_28_57

Une architecture à couper le souffle, un château pour la gloire d'un homme au destin tragique.

à l'intérieur :

2017_12_5__17_35_43

l'élégance, le raffinement et le charme d'autrefois,

J'ai eu un coup de coeur pour les peintures des boiseries et des plafonds, véritable source d'inspiration.

WP_20170411_035

WP_20170411_051

WP_20170411_057

WP_20170411_059

WP_20170411_077

Un vrai bonheur pour les yeux.

2017_12_5__17_39_57

Côté extérieur et jardins.

2017_12_5__17_49_44

la sensation d'être hors du temps, dans un lieu où cohabitent, sculptures, massifs, arbres, miroirs d'eau, dans les jardins à la française créés et voulus par André Le Nôtre.

2017_12_5__17_59_58 

L2017_12_5__18_03_17

Sans oublier l'Hercule, je m'étais promis un jour que j'irais jusqu'à lui, c'est chose faite.